Supervision

Who we are and what we do

Supervision

« En tant que processus, la supervision diffère à la fois de l’enseignement, qui vise à fournir des informations, et de la thérapie, qui tend à développer la croissance d’un système entier. La supervision est un processus qui non seulement apporte un soutien à la personne supervisée, mais encore l’aide à acquérir la maturité nécessaire pour l’exercice de sa profession, définie par le rôle qu’elle est amenée à jouer dans une structure donnée. » (G.Connell, T.Mitten et C.A.Whitaker, dans le livre « Panorama des thérapies familiales » sous la direction de Mony Elkaïm, Éd. Seuil, 1995. p.379.)

La supervision s’adresse aux professionnel-le-s de la thérapie, du travail social, de la santé et de l’enseignement.

Supervision individuelle

La supervision individuelle implique que la personne supervisée soit en demande. Elle vise au renforcement des compétences professionnelles. Les thèmes abordés peuvent être :

– L’analyse de la pratique : présentation de situations professionnelles (ce que le-la professionnel-le a déjà entrepris, avec quels effets) ;

– Le travail d’analyse du contexte professionnel et social ;

– Les questions de mandat/demande, de pose du cadre, de posture professionnelle, etc.

– Le travail sur la résonance entre une situation présentée et l’histoire personnelle du-de la professionnel-le.

Les objectifs de la supervision individuelle sont :

– Identifier les enjeux affectifs et émotionnels pouvant constituer la base d’une élaboration de stratégies appropriées ;

– Développer une pensée et des hypothèses sur la situation présentée ;

– Dénouer les difficultés rencontrées ;

– Elaborer un positionnement et de nouvelles stratégies d’interventions ;

– Soutenir une réflexion autour des connaissances du-de la professionnel-le, de sa pratique et de sa posture d’intervenant dans le champ médico-social ;

– Préciser et tenir sa position éthique et déontologique.

Supervision d’équipe

Dans une perspective systémique constructiviste, la supervision d’équipe vise à créer ou révéler du sens en alliant la place de chacun-e et la construction d’une pensée commune. C’est pouvoir compter sur le vécu de chaque membre d’une équipe, donc sur les résonances que la situation va susciter en lui ou en elle, pour construire la pensée de l’équipe sans nier les positions différentes, voire contradictoires, qui peuvent émerger dans les situations présentées. La place du superviseur n’est pas celle d’un expert qui dicte, c’est celle qui favorise l’émergence d’un sens pour chaque professionnel-le et un sens au travail d’une équipe.

L’accent est mis sur :

– l’échange entre membres de l’équipe d’une problématique et le partage des perceptions des différents niveaux en jeu ;

– le renforcement d’un esprit d’équipe pour favoriser sa cohésion ;

– l’incitation à communiquer de chacun-e des membres de l’équipe et à favoriser le travail en commun.

La supervision d’équipe favorise un processus réflexif commun, sur trois plans essentiels :

– elle développe des outils pour appréhender la complexité des situations ;

– elle permet un système d’évaluation de soi, de l’autre, du superviseur et de l’équipe et participe ainsi à la construction d’un processus de groupe ;

– elle encourage les participant-e-s à être actifs tout en leur donnant l’occasion de préciser leurs attentes et leurs objectifs par rapport à l’institution, l’équipe et le bénéficiaire d’une prestation.

Deux formes de supervision groupale sont proposées :

– la supervision institutionnelle ou de dynamique ou régulation d’équipe

– l’analyse de la pratique pour des groupes ou des équipes.

La supervision institutionnelle ou de dynamique ou régulation d’équipe

La supervision institutionnelle vise la construction d’une pensée en groupe. Elle permet d’aborder les questions de structure, d’organisation et de fonctionnement, les places et les rôles de chacun, ainsi que les relations interpersonnelles d’équipe (ou dynamique d’équipe). Ses contenus peuvent toucher les points suivants :

– Accompagner le changement d’une équipe (tel que conceptualiser et mettre en pratique un nouveau projet institutionnel, par exemple) ;

– Développer un travail cohérent entre méthodologie d’intervention, travail en équipe et finalités institutionnelle ;

– Travailler la communication au sein d’une équipe (repérer, par exemple, les enjeux contradictoires et les travailler dans une optique de collaboration) ;

– Modéliser les prises de décisions ;

– Développer des outils d’analyse pour poser un diagnostic relationnel d’une équipe.

L’analyse de la pratique pour des groupes ou des équipes

La supervision en analyse de la pratique est conçue sous deux formes :

– des groupes constitués de professionnel-le-s qui travaillent institutionnellement ensemble (équipes) ;

– et des groupes constitués par des professionnel-le-s issus de contextes différents se réunissant autour d’un objectif commun, qui est celui de réfléchir à sa pratique (privée ou en institution).

Dans les deux situations, l’objectif est de promouvoir une réflexion de groupe dans un esprit de collaboration et de développer une intelligence collective par la richesse des différents points de vue et hypothèses. Le partage de savoirs, l’échange autour de situations complexes, la rigueur méthodologique et la bienveillance font partie des postulats des superviseurs.

sem, ut commodo Nullam pulvinar dolor. consequat. vulputate, ante.