Consultation

Who we are and what we do

Thérapie de couple

La plupart du temps, un couple gère ses conflits et ses crises sans faire appel à un-e thérapeute de couple. Cependant, dès lors que les partenaires s’enferment dans la répétition de reproches, dans le silence ou dans toute relation de souffrance qui met à mal l’existence même du couple, le tiers qu’est le-la thérapeute se révèle être une chance pour trouver des voies alternatives au jeu répétitif.

Les demandes des couples sont variées et touchent à bien des aspects de leur vie et des difficultés auxquelles ils se confrontent : on peut citer par exemple, l’insatisfaction relationnelle, la perte de sens dans la vie de couple, l’infidélité, la perte du dialogue, les troubles de l’intimité, les conflits dits ingérables, les conflits avec les familles d’origine.

La thérapie de couple n’a pas pour objectif de déterminer qui a tort ou raison. Elle doit favoriser une communication qui permette aux partenaires de choisir s’ils ont le désir de poursuivre ou non leur aventure conjugale, de définir ou redéfinir leurs règles, leurs codes, leurs habitudes et trouver un équilibre nouveau dans le respect de chacun-e.

Les approches familiales

Sous le titre générique de Thérapie familiale, on peut réunir l’ensemble de la famille pour l’amener à trouver un nouvel équilibre. On peut aussi recevoir les parents seuls, qu’ils soient en couple ou séparés, parents ou beaux-parents, dans ce que l’on pourrait considérer alors comme une thérapie parentale ou, dès lors que les parents se retrouvent en difficulté éducative, dans un accompagnement nommé guidance parentale. Les thèmes qui amènent une famille à consulter sont propres à chaque famille en demande. Ce sont essentiellement les difficultés posées par un enfant (agressivité, dépression, violence, difficultés scolaires, etc.), les questions liées au cycle de vie (naissance, adolescence, départ des enfants, vieillesse, deuil, …) qui motivent la demande. Ce sont aussi les questions liées à l’environnement familial comme la relation entre parents séparés, à la famille plus large (grands-parents, oncles et tantes, …) et au contexte social (chômage, promotion professionnelle à l’étranger, …) pour lesquelles la thérapie familiale peut être un espace où les partenaires peuvent trouver des solutions en vue d’un meilleur équilibre.

Thérapie familiale

Les objectifs de la thérapie familiale sont prioritairement « l’amélioration du fonctionnement familial, la revalorisation de la compréhension mutuelle et du soutien émotionnel entre les membres de la famille, le développement des compétences afin de résoudre les problèmes auxquels la famille est confrontée. C’est en ce sens qu’il est en principe important de réunir l’ensemble de la famille » (EFTA).

Thérapie parentale

La thérapie parentale vise à trouver ou renforcer l’identité de chaque parent et des parents ensemble dans un travail en lien aux familles d’origine d’une part et dans la relation à leur-s enfant-s, d’autre part. Beaucoup de parents se cherchent, doutent et se culpabilisent de devoir assumer leurs différentes casquettes, qu’elles soient personnelles, conjugales, familiales ou professionnelles. Entre résignation, dépression ou révolte, les manières de réagir des parents en souffrance sont variées. Elles sont le plus souvent génératrices de conflits, tout d’abord avec les enfants bien sûr, mais particulièrement entre parents avec toutes les incidences possibles sur la vie du couple. Elles le sont aussi avec le voisinage, l’école… La thérapie parentale vise ainsi à ce que chaque parent vive au mieux son rôle et sa fonction parentale.

Guidance parentale

La guidance parentale se définit comme un processus où le-s parent-s, en couple ou séparés, vont travailler sur leurs compétences éducatives, l’amélioration de leur posture parentale et sur la recherche d’une place en rapport avec les valeurs familiales qu’ils recherchent ou défendent. Chaque étape de la vie de l’enfant, de sa naissance à l’âge adulte, peut interpeller la position parentale et générer des doutes, que ce soit sur des questions d’autorité, de valeurs culturelles et éducatives, de perspectives scolaires et professionnelles, pour ne citer que ces points.

Thérapie individuelle

La thérapie individuelle dans une orientation systémique implique une demande personnelle. S’engager dans ce processus, c’est être particulièrement centré sur la manière dont la personne demandeuse vit ses relations et les difficultés qu’elles lui posent.

Seront travaillées des thématiques sur :

– des difficultés liées au contexte familial ou conjugal (comme : conflit autour d’un héritage, difficulté d’autonomisation, renouer après une longue rupture, etc.) ;

– à une étape de vie (naissance d’un enfant, décès d’un parent, etc.), ou à une visée explicitement relationnelle (comme : difficultés avec une souffrance liée à des troubles personnels qui impacte sur l’entourage ;

– des demandes indirectes au nom de ses proches ;

– la difficulté de se différencier de son groupe d’appartenance. Si la personne ne peut, quelle que soit la raison, être rencontrée d’abord dans le cadre d’une thérapie de famille ou de couple, la thérapie individuelle veillera à toujours considérer les liens d’un individu à ses systèmes d’appartenance.

ut tempus commodo Donec ipsum tristique libero quis